La belle endormie de Dresde

Pour la première fois de ma vie, j’ai pu récemment admirer à Dresde, en chair, sinon en os, l’admirable Vénus endormie que l’on attribue à Giorgione' Giorgio Vasari nous dit, dans ses Vies des meilleurs peintres, que cet artiste vénitien « se délecta s ...



source: La Croix:  Famille
rubrique: Société / undefined
publié: 09/11/2018 01:31:19

Société

La Croix